Zone du Geek
La zone parfaite pour les amoureux de la pop culture

Mindhunter : les prémices du profilage

Mindhunter est une série Netflix réalisée, en partie, par David Fincher qui s’inspire du livre qui porte le même nom. Quand la police est inefficace face à des crimes violents et sans mobile apparent, une nouvelle manière d’enquêter voit le jour : le profilage.

0 22

Synopsis

Deux agents du FBI sillonnent les Etats-Unis dans un seul but: étudier et comprendre le fonctionnement des serials killers. Leur étude leur permettra d’établir un profil et d’anticiper les agissements de ces derniers. À travers des interviews, ils essaient de comprendre quels sont les événements déclencheurs et les traumatismes qui les ont fait passer à l’acte. Mais cela n’a rien d’une tâche facile. Comment inciter un tueur en série à se confier à des agents fédéraux ? Pour cela, il leur faudra entrer dans leur tête et apprendre à communiquer comme eux…

Une série captivante

Mindhunter ne se positionne pas comme une série policière où traque de criminels rime avec courses poursuites et fusillades. C’est tout le contraire. La série ne comporte pas une seule scène d’action, elle mise principalement sur les dialogues et la réflexion autour de la psychologie des tueurs en série. Les interviews des serial killers sont poignantes, et nous embarquent dans leur tête où le meurtre n’est que le fruit de leurs frustrations. En parallèle, les quelques enquêtes sont rondement menées. Les enquêteurs utilisent les informations glanées au cours des interviews pour profiler les meurtriers. Ils usent alors de pressions psychologiques pour les faire avouer.

La naissance du profilage

Mindhunter évoque une nouvelle manière d’enquêter. À l’époque, les méthode traditionnelles du FBI ne prenaient pas en compte la psychologie des meurtriers. En effet, dans les années 70, les notions de serial killer et de profilage étaient encore inconnues. Leur projet est donc révolutionnaire, mais aussi à contre-courant de l’opinion publique. Laisser la parole à des meurtriers n’était pas la priorité de l’époque et paraissait plutôt déplacé et outrageant. Cette étude leur permet de jeter un regard nouveau sur la société. Et si celle-ci était responsable des troubles comportementaux des psychopathes ? Et si on ne naissait pas tueur mais qu’on le devenait ? En d’autres termes, si la société tourne mal alors la criminalité en est la réaction. Une nouvelle école est en train de naître, celle du profilage.

© familyandmedia.eu

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.